// LE TEMPS DU BILAN (CULTUREL)

Dessin d'Aldo Rossi

Aujourd’hui c’est Noel et alors que nous sommes tous en train de nous remettre doucement du bon repas de la veille, des truffes en chocolat et tous les cadeaux que nous avons eu, nous souhaitons accompagner cette journée sur Site [et] Cité d’un bilan culturel de l’année 2015. Quels sont les faits, les expositions, les voyages qui vous ont marqué cette année ?

On s’est posé la question entre nous et voilà, le tableau, non exhaustif et très personnel.

LA COP21 ET SES DÉBATS (CDu)

La COP 21 a mobilisé au mois de novembre tous les fronts au sujet du climat, architectes compris. Autour de cette manifestation, les sujets de l’architecture et du patrimoine durable, l’évolution du bâtiment face aux enjeux climatiques et beaucoup d’autres questions ont réveillé des instincts et soulevé des débats. Que cela continue et donne du résultat, un beau projet pour les années à venir.

 

PLAISIR DES YEUX, L’EXPOSITION HOKUSAI AU GRAND PALAIS (APG)

Une exposition haute en couleur et en poésie. Le ravissement fut total lorsque j’ai pu déambuler dans l’ensemble des salles du Grand Palais à la découverte du maître Japonais. Malgré la foule chacune des œuvres si méticuleusement exécutée m’a transporté dans un univers onirique. Des scènes de vie, aux paysages, en passant par les portraits, l’inventivité du maître est étonnante et toujours gracieusement exécutée.  L’exposition a été scindée en deux temps puisqu’une partie des œuvres a été remplacée en milieu du parcours car trop fragiles pour rester exposée si longtemps à la lumière. Les estampes ont été remplacées par d’autres équivalentes. Ce petit manège témoigne de la fragilité du travail, en effet des supports plus délicats les uns que les autres ont servi à la réalisation des œuvres (panneaux de soie ou encore papier de sac à gâteaux). Merci encore une fois au grand Palais pour cette exposition d’exception.

 

LA CONQUÊTE DES SPACE INVADERS (CDu)

Les œuvres ne sont pas nouvelles, mais cette année tout particulièrement, la chasse aux Space Invaders – ces monstres de street art en mosaïque colorée – a pris de l’ampleur et est devenue une folle course. Avec l’appli FlashInvaders, la découverte de Space Invaders devient un jeu entre amis et occasionne surtout de très jolies balades dans les rues des grandes villes, Paris en tête. Je flashe !

 

PLAISIR SONORE, LE CONCERT d’AL JARREAU AU FESTIVAL DE LA VOIX (APG)

Moment enchanteur dans un cadre idyllique sous le cèdre centenaire du Cloître de l’abbaye de Moissac, « le plus beau cloître du monde ». Al Jarreau nous a livré un concert de Jazz à l’américaine, c’est-à-dire grandiose. Du haut de ses 75 ans il nous a fait vibrer pendant 2h avec sa voix et son style si personnel au rythme de ces grands classiques du Jazz. Un concert qui nous rappelle que même loin de la capitale, et parfois perdu au fond de la campagne, il arrive que de grands moments de culture résonnent.

 

CRÉATION, L’OUVERTURE DU POINT HAUT A SAINT-PIERRE-DES-CORPS (Grégoire)

Raz-de-marée dans le microcosme tourangeau, embryon d’un projet à échelle nationale ? L’année 2015 aura été marquée par l’ouverture d’un lieu de création urbaine innovant et décalé dans l’agglomération tourangelle, le Point Haut. Ce bâtiment industriel reconverti par l’architecte Patrick Bouchain est occupé par deux structures associatives : la compagnie Off, compagnie de création artistique des arts de la rue, et le pÔlau, le pôle des arts urbains, incubateur artistique et avant-garde de l’urbanisme culturel. Le lieu porté par la Communauté d’Agglomération a pour ambition d’animer et d’occuper le champ de l’urbanisme et de l’aménagement au travers du prisme des arts et de la culture. Le projet s’ancre peu à peu dans les territoires au profit d’une production de connaissance qui n’est pas qu’affaire d’ingénieurs et de promoteurs, mais qui implique désormais aussi les collectifs et le citoyen (mais vous l’avez sûrement compris avec nos nombreux articles sur le sujet !).

 

L’OUVERTURE DU MUSÉE DES CONFLUENCES, A LYON (CDu)

Certes, l’ouverture des portes du nouveau musée lyonnais a eu lieu officiellement le 22 décembre 2014, mais à quelques jours près, on peut dire que cette inauguration a participé à la dynamique culturelle de l’année dont nous dressons le bilan.

Que dire sur ce bâtiment ? Du bien j’aurai du mal, tellement cette architecture sculpturale entre en contradiction avec mes valeurs. Cette ovni m’avait déjà terrifié lors de son chantier, pendant lequel on voyait une imposante structure organique se composer comme un dragon prêt à mordre. Au final, le bâtiment est plus mordant que « nuage » et « cristal », les deux symboles métaphoriques utilisés pour décrire le musée et son intégration dans le paysage urbain lyonnais suggère tout sauf de la légèreté. Bref, sur ce point-là vivement 2016 !

 

PLAISIR DES SENS, BALADE EN TOSCANE (APG)

La découverte de la Toscane, tant attendue, fut un réel coup de cœur. On a aimé le chianti et la délicieuse charcuterie, les expressos du matin dans les petits cafés accompagnés de cornetto fourrés à la crème. Le doux chant des discussions italiennes, la classe naturelle des Toscans, les demeures plus imposantes les unes que les autres, qu’elles datent du Moyen-âge ou de le Renaissance. Les vergers d’oliviers aux portes de Florence et les collines qui nous offrent des points de vue à couper le souffle. Le Duomo de Sienne et le Baptistère de Florence sont des bijoux d’architecture. Et que dire de cette douceur de vivre qui émane des moindres recoins de nos visites. Le moment le plus enchanteur restera tout de même la découverte des toiles de Botticelli à la Galerie des Offices, leur beauté saisissante nous aura presque fait oublier les dizaines de touristes armés de leur smartphone matraquant de photos les œuvres, sans s’arrêter devant plus de 5 secondes! Quel dommage pour eux! Pour nous ce moment fut un profond plaisir. N’hésitez pas, foncez !

 

COSMOPOLITISME, ISTANBUL OU LA BYZANCE ÉTERNELLE (Grégoire)

Au moment où la géopolitique aurait tendance à nous éloigner de ce pays magnifique, et en particulier de sa belle capitale historique, il me parait important d’en rappeler les qualités et la richesse que j’ai eu l’occasion de côtoyer cette année. Ville cosmopolite par excellence, on ne peut oublier une fois là-bas que la belle stambouliote a été la capitale de l’Empire d’Orient pendant près de 1000 ans. On retrouve tout autant dans l’architecture antique, orientale ou mauresque que dans l’animation des rues, des places et des bazars les influences de plusieurs cultures qui ont su malgré tout cohabiter, coexister, et peut-être même construire ensemble un modèle culturel cosmopolite. Ce modèle semble caractériser la ville, porte de l’Orient et prolongement de l’Occident. Du détroit du Bosphore à la Corne d’Or, de Sainte-Sophie au palais de Topkapi, de la place Taksim à la rive asiatique, Istanbul regorge d’énergie et de mouvement. Mais la ville n’est pas qu’un musée à ciel ouvert, c’est la voie de la modernité turque portée par la rue et l’espace public (cette fameuse place Taksim), bel exemple de l’expression du pouvoir populaire dans la scène urbaine.

Allez-y sans crainte et sans appréhension, l’endroit est sûr, j’y ai même croisé des évangélistes américains qui prêchaient dans la rue !

 

LES DÉBUTS DE SITE[ET]CITE

Depuis un an déjà, nous avons inauguré ce site avec l’envie d’écrire, de réfléchir et de partager autour de nous notre amour pour l’architecture, mais aussi nos doutes et nos ambitions. Les premiers retours obtenus ont été très positifs et instructifs, mais cette année on fera mieux. N’hésitez pas nous rejoindre pour continuer le débat hors du texte, sur le blog ou sur la page facebook Site [et] Cité.

 

CONSOLATION, UN PEU DE POÉSIE DANS CE MONDE DE FOU (Grégoire)

Du détroit d’indigo aux mers d’Ossian, sur le sable rose et orange qu’a lavé le ciel vineux, viennent de monter et de se croiser des boulevards de cristal habités incontinent par de jeunes familles pauvres qui s’alimentent chez les fruitiers. Rien de riche. – La ville !

Du désert de bitume fuient droit, en déroute avec les nappes de brumes échelonnées en bandes affreuses au ciel qui se recourbe, se recule et descend, formé de la plus sinistre fumée noire que puisse faire l’Océan en deuil, les casques, les roues, les barques, les croupes. – La bataille !

Lève la tête : ce pont de bois, arqué ; les derniers potagers de Samarie ; ces masques enluminés sous la lanterne fouettée par la nuit froide ; l’ondine niaise à la robe bruyante, au bas de la rivière ; ces crânes lumineux dans les plants de pois, – et les autres fantasmagories – La campagne.

Des routes bordées de grilles et de murs, contenant à peine leurs bosquets, et les atroces fleurs qu’on appellerait cœurs et sœurs, Damas damnant de langueur, – possessions de féeriques aristocraties ultra-Rhénanes, Japonaises, Guaranies, propres encore à recevoir la musique des anciens, – et il y a des auberges qui pour toujours n’ouvrent déjà plus – il y a des princesses, et si tu n’es pas trop accablé, l’étude des astres. – Le ciel.

Le matin où, avec Elle, vous vous débattîtes parmi ces éclats de neige, les lèvres vertes, les glaces, les drapeaux noirs et les rayons bleus, et les parfums pourpres du soleil des pôles, – ta force.

Métropolitain, Arthur Rimbaud, dans Illuminations

Joyeuses fêtes à tous!

 

// APG, CDu et Grégoire Bruzulier

Le petit son de l’article : Grégoire au chant – APG et CDu aux choeurs

Et plus sérieusement Paul Young – « Come back and stay »

 

»

 

 

Publicités

Une réflexion sur “// LE TEMPS DU BILAN (CULTUREL)

Réagir à cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s