// PRÊT POUR L’ÉTÉ SELON APG

martin_parr_05

Pour cet été, nous vous proposons de nouveaux quelques idées de découvertes culturelles à travers 3 podcast, 3 architectures et 3 livres.

Il s’agit pour nous de faire un point sur ce qui nous a nourrit durant ces derniers mois et de vous faire partager ce qui nous a touché ou bien de mettre en lumière nos objectifs et nos envies à venir.

Durant trois semaines, nous publierons l’un après l’autre nos conseils d’été afin, nous l’espérons, pouvoir vous faire voyager un peu !

3 PODCASTS

3 émissions tirées de l’émission Terre à Terre sur France Culture et animées par Ruth Stégassy :

La financiarisation du vivant – Terre à terre.

Ruth Stégassy reçoit Sandrine Freydel, ensemble, elles dressent le portrait du système de financiarisation de la terre, des paysages, des zones et des espèces protégées. Une émission qui fait suite au film « Nature, le nouvel eldorado de la finance » réalisé par la journaliste et diffusé sur ARTE. Sandrine Freydel tape fort en faisant tomber le masque des soit disant politiques de protection de la nature qui en réalité permettent à quelques gros industriels, banques ou politiques de privatiser la planète et ses ressources. Un documentaire et une émission chocs que je vous conseille vivement d’écouter !

http://www.franceculture.fr/emissions/terre-terre/la-financiarisation-du-vivant

https://www.youtube.com/watch?v=SDQtqo8RU9I

Portrait de matériaux : la paille et la réhabilitation – Terre à terre

Cette fois-ci Ruth Stégassy nous emmène dans les Vosges à la découverte de          Vincent Perrié, concepteur du plus haut bâtiment en paille de France. Huit étages     de logements sociaux gérés par Toit Vosgien. Vincent Perrié nous offre un vrai          cours de réhabilitation en paille et de ces atouts, en replaçant au cœur du débat           tous les acteurs de la construction. Une émission qui nous fait           sortir de la voie       des maisons individuelles en paille pour mettre en lumière la             possibilité de             mettre en œuvre ce matériau dans des projets d’habitat collectif ou  d’équipements publics. Ainsi Vincent Perrié, nous montre qu’avec une vraie volonté politique il est facile de mettre en œuvre une architecture écologique de             qualité à très bas coût sur des ouvrages d’envergure.

http://www.franceculture.fr/emissions/terre-terre/matiere-portraits-23-la-paille

Lobbying et régulations 2 : Perturbateurs endocriniens, perturbateurs de processus réglementaires – Terre à terre

 Une émission tirée d’un trio d’émission sur la toute puissance des lobbies, cette fois-ci la parole est donnée à Stéphane Horel, une journalise indépendante qui a pour habitude de s’atteler à des sujets épineux. Avec Ruth Stégassy, elle lève le voile sur un dossier de santé publique et dénonce « l’impuissance » des eurocrates face aux lobbyings au sujet des perturbateurs endocriniens.

Les perturbateurs endocriniens sont des molécules considérées comme étant la cause de nombreuses anomalies physiologiques et de reproductions. On les retrouve dans l’alimentation, les produits de beauté, les vêtements, les plastiques bref dans la plupart des produits de consommation du quotidien. Depuis les années 50 on associe en partie la baisse de la fertilité humaine aux perturbateurs endocriniens.

 Une émission qui pointe du doigt un vrai problème de santé publique. A écouter sans hésiter !

http://www.franceculture.fr/emissions/terre-terre/lobbying-et-regulations-2-perturbateurs-endocriniens-perturbateurs-de

 3 ARCHITECTURES

La villa Arson – Nice

Cet hiver, j’ai pu déambuler dans la villa Arson de Nice, centre d’art contemporain  qui rassemble une école supérieure d’art, une résidence d’artistes ainsi qu’une médiathèque et un espace d’exposition. Son architecture est tout à fait particulière, construite au 18e siècle la villa au style Italien flambant rouge est entourée d’un ensemble architectural de plus de 1000 m ² ajouté dans les années 70 par l’architecte Michel Marot. Pensez comme un labyrinthe ou une forteresse, son style très brutaliste s’oppose assez violement au style italien de la maison historique. Les murs sont recouverts de galet rappelant l’architecture vernaculaire de la région et les toitures plates sont couvertes d’un jardin suspendu verdoyant. Se confrontent alors au pied de la villa rouge, minéral et végétal pour notre plus grande surprise !

 Les tours de San Gimignano – Toscane, Italie.

 San Gimignano offre un skyline hors du commun, ce petit village toscan perché sur une des innombrables collines de la région ne ressemble à aucun autre. Excessivement bien conservé, il a gardé ses attributs moyens-ageux avec plus d’une dizaine de maisons-tours en pierre qui se dressent droites et fières vers le ciel. Au Moyen-âge pour montrer leur puissance, les riches familles faisaient ériger des tours plus hautes les unes que les autres (jusqu’à 50m de haut). A l’époque on en comptait 75. Aujourd’hui beaucoup moins nombreuses, elles offrent aux paysages environnants un profil tout particulier et enchanteur qui nous plonge a l’époque des capes et des épées en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire !

 Une Maison japonaise

Le grand voyage japonais n’est pas pour tout de suite mais il reste un de mes objectifs majeurs et notamment pour son architecture. La sensibilité de l’habité des japonais, a été pour moi, cette année, une vrai découverte dans laquelle je me suis plongée au travers de livres, émissions de radio et films (lien vers ton article ?). Leur approche de la maison individuelle relève d’un certain onirisme qui me fascine. Je vous invite à découvrir en image la maison à Murasakino des architectes Dai Nagasaka / MEGA, qui se déploie à la fois à la verticale et à l’horizontale dans un jeu d’ombre et de lumière ainsi que de transparence entre intérieur et extérieur. Les pièces sont en perpétuel mouvement en fonction des différents moments de la journée. Comme suspendues à différentes hauteurs, elles s’attachent à l’escalier, qui est une véritable colonne vertébrale pour la construction. Une petite maison tout en surprise et réalisée sur les principes de la philosophie du théisme zen !

3 LIVRES

L’Idiot de Fiodor Dostoievski

Dostoievski est l’auteur préféré de ma sœur, elle n’a de cesse de m’en parler. Je    me suis penchée sur son œuvre il y a maintenant plusieurs années mais sans   grande conviction. Cet hiver j’ai retenté l’expérience avec L’idiot et suis tombée    follement amoureuse de XX ?, enfin j’ai compris l’envoutement de ma cadette pour cet auteur hors normes. La puissance de la complexité des personnages, et leur souffrance, leurs questionnements les plus profonds n’ont pu me laisser     indemne plus longtemps. C’est à la fois un roman et un questionnement   philosophique qui s’est offert à moi durant les longs mois d’hiver. L’amour, la haine, la moral, la religion, la mort, la frontière entre bien et mal sont passés au peigne fin mettant en lumière les contradictions de l’âme humaine. Un grand     classique, évidemment, qu’il est bon de découvrir ou de redécouvrir.

L’envoutement de Lily Dahl de Siri Hustvedt

Après L’idiot, c’est dans le roman de Leon Tolstoï, Anna Karénine, que je me suis plongée et c’est avec beaucoup de plaisir qu’après plusieurs mois de lecture russophone, j’ai découvert ce petit roman américain doux et apaisant. Le rythme est lent, les personnages pourraient être nos amis, le cadre est celui d’une petite bourgade du Minnesota sans histoire. L’intrigue évolue entre un hôtel miteux, un fast food au café illimité et quelques vieilles fermes en voie d’abandon. Un décor qui sent bon les grands espaces, les lacs et les forêts. Tout d’abord, c’est entre premier amour et amitié que nous naviguons mais c’est au fil de la lecture que nous plongeons dans un univers mystérieux et onirique où l’héroïne va découvrir les tumultes de la vie.

 Correspondances passionnées de Anais Nin et Henri Miller.

Je n’ai, pour le moment, que feuilleté quelques pages de l’épaisse correspondance des deux amants. C’est mon livre de l’été, celui à venir. Je ne connais pour ainsi dire, rien de la littérature d’Anais Nin, mais j’aime beaucoup le style d’Henri Miller et le peu que j’ai découvert de cet ouvrage à la terrasse d’un café a parfaitement enchanté mon côté niais et romantique. Il promet le récit d’un amour complexe et brulant mêlé à l’évolution littéraire des deux écrivains controversés, durant 20 ans de leur vie. J’aime les histoires d’amour impossibles et passionnées, la complicité tendre au-delà des épreuves, et cette histoire est bien réelle et rédigée avec violence et poésie. De quoi me ravir pour les prochaines semaines !

//APG

Image d’en-tête: Martin Parr

 

Publicités

Une réflexion sur “// PRÊT POUR L’ÉTÉ SELON APG

Réagir à cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s